En | Ar

Mot du Directeur

Université Pour Tous, 20 septembre 2021

 

Chers membres du Conseil de l'Université Pour Tous,

Chers collègues,

Chers auditeurs,

Chère famille de l'Université Pour Tous,

 

Il y a les salauds et il y a les justes.

Jean-Paul Sartre appelle « salauds » les lâches, les traîtres, les usurpateurs, les imposteurs qui sacrifient leurs camarades, et parfois toute une nation, à leurs propres intérêts.

Albert Camus appelle « justes » les tendres, les amis, les solidaires, les frères qui aiment tant la justice qu’ils n’ont pas droit à l’égoïsme.

Les justes sont ceux qui continuent de faire honnêtement leur métier. Les médecins. Les infirmiers. Les ouvriers. Les artistes. Les enseignants. Les enseignants surtout, passeurs de pensée, de dignité. Ils sont, eux, les derniers des justes. Ils forment la communauté des hommes dévoués et, avec vous, la famille de l’Université pour tous.

L’Université pour tous ressemble à cette oasis au milieu du désert, le feu de Prométhée, la flamme encore vive dans une ville sinistrée. Après des mois de reconstruction et de travaux, elle rouvre ses portes originelles, dans l’enceinte de l’Université Saint-Joseph, le quartier traditionnel des jésuites, derrière l’église, par la tendresse des pierres et des arcades. Et le vieil édifice abrite maintenant des salles rénovées, des portes bleues, un nouvel espace où il fait bon être.  

L’année 2021-2022 s’annonce ou dure ou renaissante, en sait-on seulement quelque chose ! On voudrait tant que ce ne soit plus aussi triste, aussi difficile, on voudrait redresser l’échine, la tête, l’esprit et c’est pourquoi, en dépit des vents contraires, l’Université pour tous reprend ses cours fondateurs (cinéma, littérature, psychologie, histoire, philosophie, culture plurielle, arts, mystique, mythologies, politique, anthropologie, éducation, droit), ses ateliers (écriture, roman-film, jeunesse et cerveau, théâtre, dessin, peinture, sculpture, céramique), de nouveaux enseignements pour la jeunesse (Culture, Prépabac) ainsi que la Formation inclusive pour les étudiants à besoins spécifiques. Il faudra conjuguer avec cinq composantes, qui sont dans l’avantage de tous :

1.     L’année se divise désormais en deux semestres, comme partout à l’USJ : octobre-décembre 2020 et février-avril 2021, à raison de 10 séances par semestre, sauf dérogation.

2.     Les cours sont, en règle générale, assurés simultanément en ligne et en présentiel jusqu’à de meilleurs jours.

3.     Les auditeurs peuvent suivre nos cours en ligne de l’étranger.

4.     Le nombre maximal de participants en présentiel ne pourra pas dépasser les 30 inscriptions pour des raisons sanitaires. Il faut donc réserver vos places pour les cours qui se remplissent vite.

5.     Les modalités de paiement sont particulières pour les résidents au Liban seulement : soit en livres libanaises au taux de 2700 LL, soit en espèces dollars au quart de la somme affichée.

Pour plus d’informations sur les cours, vous pourrez :

 

Gérard Bejjani

Directeur de l’UPT

gerard.bejjani@usj.edu.lb

orphalis@yahoo.fr

+9613736036

Claudine Moubarak

Coordinatrice administrative des affaires académiques

claudine.moubarak1@usj.edu.lb

+9613606431

Nancy Saab

Chargée d’information et de communication

nancy.saab@net.usj.edu.lb

nancysaab5@gmail.com

+9613949448

Pascale Farès

Chargée de gestion administrative

pascale.fares@usj.edu.lb

+96176713599

Bassam Moussa

Agent de maintenance

bassam.moussa@usj.edu.lb

+96176742974

 

L’Université pour tous compte sur ses fidèles auditeurs de Beyrouth, de Jbeil, du Liban-Sud, de Dubaï et de l’étranger pour demeurer. Que l’hésitation ne vous retienne pas, ni l’incrédulité, ni le désarroi, vos inscriptions sont aujourd’hui et plus que jamais nécessaires à notre continuation, à la qualité et à la dignité de notre enseignement. À elles seules, les dates de la rentrée du mardi 19 octobre 2021 et de notre déjeuner d’inauguration des nouveaux locaux le lundi 25 octobre 2021 nous renforcent et nous poussent vers l’avant.

Que l’Esprit nous donne la foi de rester ensemble, de nous redresser ensemble, cette foi qui, comme un grain de sénevé, dirait à la montagne : « Transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait et rien ne nous serait impossible ».  

 

Gérard BEJJANI