En | Ar

Mot du Directeur

Faites vos jeux. Rien ne va plus.

Et la bille est lancée sur une piste aléatoire. Un pays à la dérive. Une conjoncture sans horizon.

Il faut parier. Prendre des risques. Tout risquer sur la culture et la santé de l’esprit. Mais le savoir n’est pas un jeu de hasard et si, un jour, à Dieu ne plaise, l’éducation se trouve menacée au Liban, alors nous serons en droit de nous alarmer ou de désespérer. En attendant, et en dépit des terribles épreuves que nous traversons, ou peut-être grâce à ces épreuves, nous nous sentons plus proches de notre mission.

La mission de l’Université Pour Tous est de garder l’espérance et de se mettre au service d’une humanité épanouie et disponible, de réveiller la conscience endormie dans un monde qui s’obscurcit à perte de vue. Elle se rattache ainsi à la vocation de l’Université Saint-Joseph qui cherche, dit l’article 4 de sa charte, à « promouvoir un esprit de liberté personnelle et d’ouverture à la vie spirituelle ».

Si le premier versant de l’année 2020 a été des plus durs à cause des crises politique, économique et sanitaire, si les cours ne se sont pas déroulés dans des conditions favorables et si notre université a dû s’inventer toutes sortes d’issues pour braver l’impasse, le malheur a révélé aussi des potentialités inouïes. Il nous a montré combien la soif d’apprendre et la passion d’enseigner dépassent toutes les contraintes. Il nous a conduits à réfléchir à des pédagogies novatrices, à des moyens de transmission adaptés in extremis : vidéos, conférences en ligne, cénacles dans l’espace privé, dans les jardins, les bois, sur un nuage… Il nous a surtout maintenus dans la ferveur du partage. De la lutte, de l’audace coûte que coûte. Il nous a rappelé les valeurs de la solidarité et de la probité au sens où l’entend le docteur Rieux quand Rambert lui pose la question : « Qu’est-ce que l’honnêteté ? » « Je ne sais pas ce qu’elle est en général. Mais dans mon cas, je sais qu’elle consiste à faire mon métier ». 

Nous l’avons fait, notre métier, plus que jamais, et sans doute mieux que jamais. Dans la volonté de refuser le fléau, dans l’acharnement de dire, de communiquer, de nous donner, de retrouver les étudiants, et tous nos cours et ateliers ont été menés jusqu’au bout contre vents et marées.

 

L’année 2020-2021 s’annonce encore plus difficile, surtout sur le plan de la débâcle financière. Cependant l’Université Pour Tous ne renonce pas devant l’adversité et elle se propose une stratégie en quatre points pour donner le plus de chance au bon fonctionnement de l’institution :

  1. Fixer la rentrée académique plus tôt que d’habitude, le lundi 19 octobre 2020, afin de pallier les retards éventuels dus à la situation instable. Si tout se passe bien et qu’un programme se termine dans des délais satisfaisants, il sera possible de rajouter des séances.
  2. Sélectionner les cours en quatre volumes horaires :
  • Le cours long de 40 heures si l’on a 30 participants et +
  • Le cours semi-long de 30 heures si l’on a de 20 à 30 participants
  • Le cours moyen de 24 heures si l’on a de 12 à 20 inscriptions
  • Le cours bref de 20 heures si l’on a de 8 à 12 participants

Un cours à moins de 8 inscriptions ne fonctionnera pas, sauf dérogation pour les ateliers. Le nombre de séances pour chaque cours est indiqué dans la brochure, au haut de chaque page. Il pourra bien entendu être augmenté sur demande.

 

  1. Prévoir un fonds suffisant avant le 31.7.2020 afin de confirmer l’ouverture d’un cours. Par conséquent, et à contrecœur, nous sommes obligés de donner une tarification en dollars à cause de la fluctuation quotidienne sur le marché. Le service financier offre toutefois l’alternative suivante : soit de payer une seule souche complète en dollars par chèque ou par carte bancaire ; soit de payer deux demi-souches égales, la première en dollars (50%) et la deuxième en livres libanaises (50%) au taux officiel, qui est à ce jour à 1515 LL. En vertu du principe que tout ce que l’on fait aujourd’hui est préférable à ce qui se fera demain, il est conseillé de s’inscrire au mois de juillet afin d’assurer au moins la survie du cours auquel vous tenez. Je suis confiant dans votre reconnaissance et votre fidélité qui vous guideront au mieux.
  2. Proposer, avec l’accord de l’enseignant, une inscription à certains cours en ligne ou par vidéo.

 

Je suis entré dans des détails logistiques et économiques que j’aurais voulu m’épargner, mais j’ai choisi le plan d’action au lieu de l’expectative. Et le choix n’a pas été facile comme il doit vous inquiéter aussi. Qui ne se demande pas aujourd’hui s’il faut s’arrêter, poursuivre sa lourde tâche, rouler sa pierre tel Sisyphe en s’imaginant heureux ?

Partir ? Rester ?

Ne plus se poser la question. Juste continuer. Seulement continuer. Voilà ce qui est surhumain. Agir. S’instruire. Ne pas couper le lien. Demeurer avec l’autre, avec l’ami, avec vous. Je ne pars plus et je veux rester avec vous, dit Rambert, car « il peut y avoir de la honte à être heureux tout seul ».

 

Gérard BEJJANI, Directeur de l’Université Pour Tous

1er juillet 2020